Douter de mes propres appuis

Que se passe-t-il si nous refusons de suivre le rythme de la rue, si nous nous attardons un peu trop longtemps sur une place, au risque de nous y sentir bien ? Que se passe-t-il si nous décidons que dehors, c’est aussi chez nous ?

Spectacle de rue  —-  60 minutes —- tout public — 250 spectateurs

Le Collectif La Méandre souhaite vous annoncer l’arrêt du spectacle “Douter de mes propres appuis”!
Cela fait maintenant 6 années que l’idée d’un solo pour la rue a germé au (fin) fond d’un hangar du Port Nord de Chalon-sur-Saône. La création tout autant que la diffusion de cette forme ont été hautement formatrices. Elles ont mis l’humain face à ses fantasmes jusqu’à à ses contradictions, l’obligeant à se dépasser, à s’affronter lui même, à s’écouter, puis finalement à s’accepter. Depuis, l’équipe a traversé la France de long en large, croisé beaucoup d’autres humain(e)s, sur son chemin, construit des barricades, des rivières et des châteaux en bois. Nous avons fait parler les rues, de l’Isle Jourdain jusqu’à Paris. Merci à toutes les personnes qui ont suivi de près ou de loin cette création et lui ont permis d’exister.
Il est temps pour moi de tourner cette page. En regardant l’ambition primaire de ce projet, il est certain que je suis allé beaucoup plus loin que je ne l’imaginais au début, à des endroits de jeu dont je ne soupçonnais même pas l’existence.J’ai doucement appris que la force de ce spectacle était sa fragilité. Mouvante parfois fuyante, elle s’entretient, elle supporte mal la répétition et la reproduction et s’efface parfois, laissant place à un registre de jeu volontariste qui peut dénaturer le propos initial du spectacle. C’est aussi pour cette raison que je met un terme à ce projet. Pour garder une certaine fraîcheur, pour ne pas oublier qu’il ne m’est pas possible de tout maîtriser, contrôler, qu’il reste du chemin à parcourir. “Douter de mes propres appuis” est une proposition artistique pour des espaces publics vivants et non altérés, elle s’intègre à l’existant et le détourne, le transforme. Les espaces publics se sont resserrés au fur et à mesure de la vie de ce spectacle, amenant les organisateurs à faire des choix d’implantation qui n’étaient pas toujours les plus adaptés. Je souhaite continuer à créer pour des espaces publics vivants et non altérés, à mon sens, nous ne devons pas en temps qu’artistes, adapter nos propositions aux contraintes sécuritaires, mais plutôt tester ces dernières, en montrer l’absurdité, toujours travailler à les faire disparaître en cultivant des espaces de liberté largement partagés.
À l’existence d’une fin, nous préférons la naissance d’une suite… Et cette dernière s’annonce riche. Nous continuerons à vous tenir informés, mais si vous cherchez à nager vous-même dans nos informations, rendez-vous sur le site www.lameandre.org.
À bientôt,
Manuel Marcos

  publicville et ciel collectif 4

CONTACT

Mélissa Azé
melissa.lameandre@gmail.com

Articles liés